La relève est assurée Spécial

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Nos amis se demandent pourquoi on fait ça… »

A 14 ans, elles sont championnes de bridge, un jeu réputé vieillot

La fédération française de bridge cherche à conquérir la jeunesse. Exemple avec deux joueuses nantaises de 14 ans, qui viennent de devenir les plus jeunes tricolores à remporter un trophée international

  • Le bridge est pratiqué par près de 100.000 licenciés en France, dont la majeure partie est âgée de plus de 65 ans.
  • La Fédération Française de Bridge tente d’attirer de plus en plus de jeunes, en passant notamment par l’Education Nationale.
  • A Nantes, deux jeunes de 14 ans sont passionnées par le bridge. Elles viennent de remporter une compétition internationale avec l’Equipe de France.

Jeu de retraités. Réservé à une élite sociale… La réputation du bridge n’est pas toujours glorieuse. Pourtant, ce jeu de cartes, assez complexe il faut bien le dire, entend se rajeunir depuis plusieurs années. Deux jeunes nantaises illustrent ce changement voulu par la fédération française de bridge. A 14 ans, Ninon Bens et Eulalie Bonin n’ont pas choisi la facilité. Mais leur logique et leur sens tactique font d’elles des joueuses hors pair. Du championnat de France au championnat d’Europe, elles ont aussi remporté le Channel Trophy avec l’Equipe de France des moins de 26 ans, le 13 mars dernier.

Une compétition qui rassemble les équipes nationales jeunes de bridge de quatre nations : France, Angleterre, Pays-Bas et Belgique. Elles deviennent ainsi les plus jeunes joueuses françaises à avoir remporté ce trophée. « Nous étions les plus jeunes du tournoi », raconte le duo, qui performe en Tricolore depuis bientôt trois ans. « Les autres joueurs avaient tous au moins la vingtaine », explique le duo de choc.

Une bouteille de vin comme prix

Partenaires en club au Bridge Atlantique Association (B2A) de  Nantes, les deux jeunes filles ont découvert ce loisir, très pratiqué en France (près de 100.000 licenciés, 2e rang mondial), par l’intermédiaire de leurs grands frères. « Au début, je n’étais même pas au courant qu’il existait une Équipe de France de bridge ! », raconte Ninon, qui a fait ses débuts dans le jeu de cartes par l’intermédiaire du collège. « On ne peut pas commencer trop tôt non plus, car cela demande un esprit d’équipe très fort avec son duo. C’est ce jeu à deux qui me plaît beaucoup », ajoute Eulalie.

Les deux Nantaises illustrent bien la volonté de la Fédération d’attirer un nouveau public autour de ce jeu de cartes qui demande logique, tactique et concentration. Car c’est un fait : le bridge est largement pratiqué par un public de plus de 60 ans. « Lors de certains tournois, on a plutôt l’habitude de jouer contre des papys et mamies ! », s’amusent les deux jeunes joueuses. Lors de son premier tournoi, la jeune équipe avait surpris tout son monde en remportant le premier prix : « On avait gagné une bouteille de vin ! », se souviennent-elles. Le public attendu n’était pas vraiment celui de deux adolescentes. « Les autres joueurs nous demandent toujours quel âge on a. Ils sont souvent surpris de nous voir », explique Ninon. Quant à leurs amis : « Ils se demandent pourquoi on fait ça. La plupart ne connaissent pas le bridge. »

« On n’a pas prévu d’arrêter ! »

De leur côté, Eulalie et Ninon en ont fait une véritable passion. Comme des sportives de haut niveau, elles s’entraînent chaque jour pour affiner leurs tactiques de jeu. Trois entraînements en ligne par semaine, un entraînement avec le groupe France chaque vendredi, deux heures de jeu le samedi matin au club. Sans oublier les compétitions le week-end…

Le bridge, qui rêve de devenir sport olympique, fait aujourd’hui partie du quotidien de Ninon et Eulalie. Les deux joueuses se préparent désormais pour le Championnat d’Europe, qui aura lieu en juin prochain aux Pays-Bas. Et le duo entend poursuivre sur sa lancée. « Le bridge, mine de rien, ça libère, on ne pense pas à autre chose quand on joue. Et on n’a pas prévu d’arrêter ! » La retraite est encore loin pour les deux Nantaises.

La Fédération tournée vers la jeunesse

Depuis plusieurs années, la Fédération Française de Bridge tente d'attirer un nouveau public. Pour rendre ce jeu plus accessible, elle a décidé de se tourner vers les plus  jeunes. D'abord consiudéré comme un loisir de familles bourgeoises, le bridge tend à se démocratiser. EN interne, la Fédération a mis en place une programme pour former plus de moniteurs de bridge. En parallèle de cette démoicratisation, le bridge s'est installé dans le milieu scolaire. La Fédération Française de Bridge vient par ailleurs, de renouveller une convention avec l'Education Nationale. «Les professeurs de mathématiques utilisent le bridge dans leurs cours. Nous mettons aussi en place des ateliers d'initiation auprès des élèves sur les temps périscolaires», explique Agnès Fabre, chargé de la communication à la Fédération. Si la moyenne d'âge des pratiquants reste autour des 65 ans, la Fédé souhaite travailler sur ce «lien intergénérationnel qu'est le bridge».

 

 
 
add
Lu 308 fois
Plus dans cette catégorie : « Les Bridgeurs Une belle coupe au B2A »
Connectez-vous pour commenter